3 erreurs courantes que les gens commettent en handstand walk ! (Et comment les résoudre)

3 erreurs en handstand walk et comment les résoudre

Se promener sur les mains, est-ce possible ? Oui, les handstand walks ou la marche sur les mains est un excellent exercice de musculation – difficile à maîtriser – mais une fois que vous y arrivez, vous serez officiellement « in ». C’est aussi un bon truc pour fêter une victoire et faire le pitre, mais ce n’est pas notre sujet.

Mais pourquoi le handstand walk est-il si incroyablement difficile ? Voyons ensemble quelques-unes des erreurs les plus courantes que font les athlètes en marchant sur les mains et ce que vous devriez faire pour corriger les choses.

1. Faire quelques pas rapides

Vous savez de quoi je parle : ces gens qui se jettent à l’envers en poirier, font quelques pas rapides sur les mains, puis tombent… Ce n’est pas du handstand walk ! La marche sur les mains est ce que certains entraîneurs appellent une chute contrôlée. En positionnant les talons légèrement devant vous, vous tombez en avant, mais vous gardez le contrôle.

C’est le fait d’avoir les talons devant soi qui vous propulse vers l’avant. C’est comme une légère pointe. C’est comme si vous tombez pour rattraper vos pieds. Mais attention : vous ne tombez pas vraiment. L’objectif est d’effectuer un handstand walk parfaitement contrôlé qui vous permet de décider pleinement du moment où vous retomberez sur vos pieds.

2. Regarder droit devant

Bien sûr, vous devez regarder devant vous pour voir où vous allez. Mais pencher votre cou à un tel angle quand vous êtes en poirier (pour regarder le sol ou les alentours) est non seulement inconfortable, mais cela déséquilibre toute la position. Vous avez peut-être déjà entendu cette phrase de votre entraîneur en pratiquant des prises d’appui sur les mains : « Regarde vers le bas, vers le sol, et légèrement devant toi ». Nous vous promettons que vous n’allez pas vous heurter à un mur – du moins, pas sans le savoir au préalable.

Regardez le regard de Fraser ici :

Vous voyez comment il ne force pas sa tête à tout voir ? Soyez comme Fraser !

3. Gardez votre corps gainé

Vous avez probablement déjà vu des athlètes en position de « scorpion » lorsqu’ils se mettent sur les mains. Leur dos est super arqué, leurs jambes sont pliées et se balancent de façon incontrôlable. Pour être clairs, nous sommes tous uniques, et toutes nos positions varient légèrement. Mais au moins au début, quand vous essayez de faire des handstand walks, évitez de devenir un « scorpion ». Votre colonne vertébrale doit être dans une position relativement neutre – droite et sûre. Vous vous souvenez de ce que nous avons dit il y a un instant sur le fait de ne pas regarder vers l’avant ? Quand vous le faites, vous forcez essentiellement votre dos à se cambrer. Au mieux, cela peut être inconfortable. Au pire, cela peut devenir risqué pour la santé de votre dos.

Tout cela signifie que vous devez contracter votre tronc ! Si vous ressemblez à une nouille trop cuite, c’est que quelque chose ne va pas. Gardez vos orteils avec la pointe vers le haut et vos jambes rapprochées, les talons légèrement en avant, comme nous l’avons déjà dit.

Au fur et à mesure de votre progression, vous constaterez peut-être qu’en modifiant cette position, vous améliorez votre équilibre et vous marcherez plus vite. Par exemple, certains athlètes ne gardent pas leurs pieds joints. Au lieu de cela, leurs pieds « marchent » dans les airs en avançant. Ce n’est pas quelque chose qu’ils font probablement exprès, mais plutôt un résultat du mouvement qu’ils effectuent. De même, certains athlètes plient les jambes pour avancer plus rapidement et garder un équilibre plus précis, comme c’est le cas de Katrin.

D’un autre côté, certains athlètes courbent légèrement le dos (tout en gardant le contrôle). Mais ne prenez pas de raccourcis. Au début, il est important de commencer avec des bases solides. Et cela se fera lorsque votre corps sera gainé et ayant une posture adéquate.

Conseils Bonus

N’oubliez pas que la force du haut du corps (et la mobilité des épaules) est cruciale pour pouvoir conserver une posture correcte. Si vous ne pouvez pas tenir un poirier contre un mur sans que vos épaules ne nous fassent immédiatement mal, alors vous n’êtes probablement pas prêt à marcher sur les mains. Continuez à développer votre force, à travailler votre mobilité et à vous entraîner à garder une posture solide, et vous serez en mesure de marcher sur vos mains en un rien de temps.

Source : TheWodLife.com.au