Le CrossFit ®* peut-il aider à traiter les addictions ?

Pour le dire simplement, que vous soyez accro à la drogue, à l’alcool, aux achats, au sexe ou à autre chose, la réponse à la question ci-dessus est « OUI ! ». Il s’agit de remplacer de mauvaises habitudes par de bonnes habitudes, bénéfiques pour votre santé et totalement naturelles.

Ce que dit la science

Les scientifiques ont effectué de multiples expériences en utilisant des humains et des souris pour déterminer les relations entre toxicomanie et exercice physique. Qu’il s’agisse de drogues ou de shopping, la dépendance résulte du fait que les endorphines générées par l’action proprement dite procurent une sensation de satisfaction élevée. Mais comme vous le savez sûrement, faire de l’exercice vous procure également des endorphines, ce qui, en même temps, vous rend plus heureux et satisfait de vos réalisations. En remplaçant les endorphines libérées suite à la consommation de la substance addictive par des endorphines générées grâce à l’exercice physique, les toxicomanes et les victimes d’autres addictions auront moins envie de revenir à leurs addictions.

C’est pour cela que le CrossFit ®* apparaît comme une bonne habitude à prescrire aux individus qui aimeraient se débarrasser de leur addiction plus facilement.

Introduire le CrossFit ®* dans un programme de réhabilitation

Dans une étude parue en 2012, des chercheurs ont surveillé les humains, les canins et les furets pour déterminer l’impact de la course à pied sur des récompenses neurobiologiques. Alors que les résultats correspondaient à des expériences scientifiques antérieures, il s’est avéré que la course à pied n’est pas faite pour tout le monde. En effet, la monotonie de cet exercice pousse ces individus à s’en lasser après une certaine période. Cependant, les exercices de CrossFit ®* sont une alternative efficace aux exercices répétitifs et monotones tels que la course. En effet, le CrossFit ®* permet aux dépendants d’avoir la possibilité de s’entraîner partout, qu’ils soient à la maison, en voyage ou dans un centre de réadaptation et, surtout, avec des workouts diversifiés et polyvalents.

Un autre aspect positif du CrossFit ®* est qu’il permet aux dépendants de s’efforcer d’atteindre un objectif sain. Des événements, comme les CrossFit ®* Games, sont organisés périodiquement à une échelle locale, nationale ou internationale, afin de permettre aux CrossFitters de se défier et de mettre à l’épreuve leurs compétences afin d’atteindre un certain rang.

Quelle meilleure récompense pour un toxicomane ou un addict aux jeux ou au shopping en réhabilitation que de gagner un prix qui récompense tous ses efforts visant à combattre sa dépendance ?

Autres avantages de l’exercice pour combattre les addictions

En participant à des classes de CrossFit ®* et en pratiquant d’autres activités physiques, les toxicomanes et autres addicts contrôlent leur besoin incessant, mais ils contribuent également à inverser certains dégâts causés par leur addiction sur leur cerveau. Lors des expériences scientifiques, les rats qui ont été exposés à la consommation de métamphétamine avaient perdu l’usage des récepteurs de dopamine et de sérotonine. La moitié des rats ont été forcés à courir alors que l’autre moitié était laissée seule dans des cages sans activité particulière. Ceux qui ont couru ont présenté une régénération de leurs récepteurs tandis que les autres avaient un cerveau qui ressemblait au fromage suisse qu’ils allaient manger pour le déjeuner.

Faire des strides

Les strides sont une course à intervalles de 20 secondes avec une accélération graduelle. À grandes foulée, les strides consistent à courir le plus vite possible sur des périodes très courtes.

Les chiffres ont prouvé que cet exercice profite grandement à ceux qui se battent contre une dépendance. Cependant, il est important de ne pas remplacer une dépendance par une autre. Que vous courriez, utilisiez les kettlebells ou faites les WOD les plus difficiles du CrossFit ®*, il est essentiel d’éviter de surfaire les choses. En vous poussant à perdre, par exemple, 7 cm de tour de taille par semaine ou à gagner 1 kg de muscle tous les deux jours, vous vous installez involontairement dans les mêmes modèles addictifs des drogues, de l’alcool, des jeux de hasard ou d’autres pratiques. Si l’exercice devient quelque chose que vous devez faire 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, si vous ne pouvez plus vous endormir lorsque vous n’avez pas fait suffisamment de répétitions de push-ups ou de squats ce jour-là, alors vous devez prendre du recul et reconnaître que votre problème est de retour.

Comme cela a été mentionné ci-dessus, de nombreux centres de réhabilitation introduisent des séances d’exercices obligatoires pour leurs patients, mais ces sessions sont généralement d’une heure par jour et reposent sur une routine bien structurée. Les toxicomanes et autre addicts reçoivent une liste des exercices à faire et de la durée de leur séance. S’ils respectent l’horaire établi par les médecins, le risque de devenir accro à l’exercice tout en luttant contre d’autres dépendances sera beaucoup plus bas.

De ce fait, nous vous conseillons de combattre votre addiction par le sport mais attention aux autres formes de dépendance !

Source : TabataTimes.com