Logo wodnews

CrossFit ®* : corps musclés et féminité

Par Arnaud - Le 7 juin 2024

CrossFit corps féminins image de la femme
Crédit : CL Studio

L’été est là ou arrive. Et ça va recommencer. Les jupes, les débardeurs… pire, les brassières, les mini-shorts et même les maillots de bain ! Quand j’ai vu la dernière story de Melody Andréani, je me suis dit qu’il fallait en parler. Encore.

Article rédigé par CL Studio, publié dans le WorkOut Mag’ n°48 (abonnez-vous ici au magazine !)

« C’est dommage parce qu’elle a un beau visage. » Voilà ce que Melody a entendu de deux femmes qui chuchotent en la regardant au bord de la piscine. L’avis des unes et des uns sur le corps des femmes musclées est de retour, encore plus fort avec les beaux jours et les corps plus dénudés (parce qu’il fait chaud en été, rappelons-le) et chaque femme, un peu musclée, a déjà eu droit à une remarque, de la part de ses proches ou d’inconnus.

« Ne te muscle pas trop quand même », « on dirait un bonhomme », ou tout simplement : « c’est moche ». Vous avez toutes et tous déjà entendu ces phrases.

Le coup de gueule de Camille Leblanc-Bazinet à propos de l’image corporelle de la femme, vous vous en souvenez ? On vous invite à le lire ici.

Mais quel lien devons-nous faire entre féminité et musculature ? Les muscles sont-ils l’apanage de l’homme ? Faut-il forcément être un homme pour être baraqué ? Ou alors faut-il nécessairement être baraqué pour être un homme ? Oui, certains sont en sueur là… Et en quoi une femme à la musculature développée perd-elle de sa féminité ? Faut-il être frêle et fragile pour être une vraie femme ?

CrossFit corps féminins image de la femme
Crédit : CL Studio

En réalité, il s’agit d’un problème sociétal plus large sur le rapport au corps de la femme et les injonctions, très différentes selon les époques, de ce à quoi il doit ressembler pour être « féminin ». Trop grosse, trop mince, trop maquillée, pas assez maquillée, jupe trop courte, manches trop longues, trop sportive, trop sexy, trop frigide, ou pas assez de tout ça… Depuis quelque temps, c’est « trop musclée » qui revient sans cesse aux oreilles des femmes qui font du CrossFit®*.

Mais moi, derrière la femme musclée, je vois une femme forte, déterminée, puissante, qui est capable de rigueur, de discipline et de dépassement de soi. Et tout ça, ce sont les critères de la féminité pour moi. Mais bien sûr, chacun a sa vision de la beauté, de la féminité. L’été est le moment privilégié pour ces remarques toujours aussi blessantes, même si celles et ceux qui tiennent ces propos se cachent derrière leur droit à s’exprimer et à donner leur avis. Vous voulez la vérité ? On s’en fout de votre avis.

CrossFit corps féminins image de la femme
Crédit : CL Studio

Et toutes ces remarques, vécues comme des microagressions au quotidien, sont ordinaires. Et c’est bien le problème, jamais grave, rarement scandaleux. Mais insinuant et par petite touche récurrente. Chacun a son avis, certes. Mais personne ne vous demande de le partager, et surtout pas à la personne concernée.

Messieurs, vous ne perdrez pas votre virilité avec des filles musclées. Mesdames, un peu de sororité s’il vous plaît.

« Mon corps c’est pas Tripadvisor, tes commentaires tu peux te les garder »

Témoignage de Melody Andréani : « Ce n’est pas toujours facile »

« Les remarques sur mon physique, j’y ai été confrontée depuis petite : au collège, mon surnom c’était Schwarzy ! J’avais déjà des abdos et des bras impressionnants c’est vrai, mais c’était très difficile à entendre petite. Maintenant, à 34 ans, je prends du recul, j’essaie de passer au-dessus, mais ce n’est pas toujours facile. Seulement 20 % des regards sur mon physique sont positifs dans la rue, souvent ceux-là viennent me féliciter ou ont un mot gentil, d’encouragement, les autres regardent de façon médusée comme si j’étais un OVNI. Même mes amis et ma famille se permettent parfois d’aller remettre les gens à leur place quand les regards ou réactions sont abusés. »

Témoignage d’Eva Mostaert : « Désormais je m’en fiche, j’ignore tout ça ! »

« J’ai été en surpoids plus d’une dizaine d’années avant de me construire le corps que j’ai actuellement. Il est le fruit d’un long travail et d’une discipline qui me permettent aujourd’hui de m’exprimer dans mon sport et d’être mieux dans ma peau. Mais pour beaucoup de personnes, ce corps est considéré comme atypique, et il me vaut des regards et des remarques. Hommes et femmes, peu importe, j’ai souvent entendu des « c’est trop », je n’aimerais pas qu’elle me mette une gifle », sans la moindre discrétion. Si au départ c’était un calvaire pour moi, désormais je m’en fiche, j’ignore tout ça. Je trouve simplement triste que les gens se sentent libres de juger à voix haute et soient au final si fermés d’esprit. Heureusement, j’ai aussi régulièrement droit à des personnes bienveillantes, admiratives ou impressionnées et qui me le font savoir : « vous êtes sportive, ça se voit », « bravo mademoiselle », « vous êtes musclée, c’est trop beau » ! Mais même si le chemin est entamé, dans notre société, rien ne désacralise l’image de la femme en tant que « sexe faible » et rien ne prépare les gens à voir des femmes musclées qui apparaissent comme contre-nature. Si on dépensait notre énergie à exprimer du positif plutôt que du jugement, notre société irait bien mieux ! »

Interview crossfit : Mélody Andréani
À lire aussi :  Les plus belles crossfitteuses – Mai 2016

Suivez nous :

Suivez-nous sur :

Mon panier