Mat Fraser : « Voici pourquoi je prends ma retraite »

mat fraser est blessé et ne participera pas au rogue invitational

« Aujourd’hui, un peu plus de huit ans après le début de ma carrière dans la compétition en CrossFit ®*, j’annonce ma retraite.

En 2012, le propriétaire de Champlain Valley CrossFit ®* m’a inscrit à la compétition interne Winter Throwdown. Je n’avais pas les moyens de payer les frais d’inscription à l’événement, il m’a proposé de payer ma part mais m’a dit que si je gagnais, je devais acheter une paire de chaussures de CrossFit ®*. Je m’entraînais avec des Nike Air Max 90 à l’époque.

Je ne comprenais pas le battage médiatique autour de CrossFit ®*.

Je venais du Centre d’entraînement olympique, où je vivais et respirais pour l’haltérophilie. Mon objectif était de participer aux Jeux olympiques, où chaque snatch (arraché), chaque clean and jerk (épaulé jeté) était un événement sérieux et silencieux. Mais à Champlain Valley, c’était un cours de CrossFit ®* avec plein de gens qui couraient de mouvement en mouvement et tombaient dramatiquement au sol en attendant le bip de fin.

Au Throwdown, j’ai terminé à la première place et avec 500 dollars en poche.

En tant qu’étudiant fauché, je pensais avoir trouvé un filon et j’ai immédiatement voulu trouver d’autres occasions de gagner de l’argent de poche supplémentaire. J’ai cherché sur un site web où tous les événements locaux affichaient leurs dates de compétition et ce qu’ils payaient à la fin pour le gagnant.

J’ai commencé à voyager dans toute la Nouvelle-Angleterre en concourant pour 1 000 dollars par ci, 5 000 dollars par là. C’était pas mal pour un étudiant à plein temps, mais je n’ai pas commencé le CrossFit ®* avec l’intention d’en faire une carrière.

Près d’une décennie plus tard, j’ai franchi la ligne d’arrivée au Ranch en tenant la main de ma partenaire d’entraînement qui est devenue une sœur pour moi. Ensemble, nous avons chacun battu le record du plus grand nombre de victoire aux Games de l’histoire. Elle a gagné pour la quatrième fois, et contre toute attente, j’ai gagné pour la cinquième fois.

Lors de mon premier Open, je pouvais à peine faire une douzaine de burpees d’affilée. Lors de mes derniers Games, j’ai gagné avec la plus grande marge de victoire de l’histoire de ce sport.

C’est donc une décision difficile à prendre.

C’est grâce au CrossFit ®* que j’ai rencontré mes meilleurs amis, mes partenaires commerciaux et même ma femme. C’est grâce à CrossFit ®* que j’ai trouvé l’artiste qui a tatoué ma poitrine, que j’ai pu voyager à travers le monde et que j’ai acheté la maison dans laquelle nous allons bientôt emménager dans le Vermont.

Depuis la fin de la saison 2015, quand j’ai décidé d’arrêter de faire l’idiot et de m’engager pleinement dans ce sport, le CrossFit ®* est mon univers.

Et pour cette même raison, c’est aussi une décision facile à prendre. À l’exception de quelques semaines en août, où je m’accorde une pause, je me suis entraîné sans relâche.

J’ai laissé passer des vacances, des enterrements de vie de garçon et plus de rendez-vous avec Sammy que je ne peux en compter, tout cela pour ne pas manquer une seule séance d’entraînement ou une nuit entière de sommeil.

Depuis huit ans, chaque jour est à peu près le même : me réveiller plus tôt que je ne le voudrais, vendre mon âme à l’Assault Bike, aux intervalles en natation et aux AMRAP de 40 minutes, manger, dormir, répéter.

Aucune décision n’a été prise de manière involontaire.

Dans les semaines qui ont précédé les Games, j’ai cessé de faire des choses manifestement risquées, comme aller à la salle de sport en moto, et même des petites choses qui pouvaient faire toute la différence, comme ne pas utiliser de couteau pour la viande. Cela ne valait pas les 0,01% de chance que je me coupe et que je gâche ma semaine d’entraînement ou que je compromette mes performances en compétition. J’étais obsédé par la recherche d’améliorations partout où c’était possible et j’étais toujours terrifié à l’idée qu’une amélioration quelconque puisse passer entre les mailles du filet.

Je m’entraînais avec peur.

Le travail acharné a porté ses fruits. Mais maintenant, je suis prêt à prendre des décisions en fonction de la façon dont elles affectent ma famille, mes amis, ma santé et mon bonheur, et pas seulement mes performances.

La bonne nouvelle, c’est que vous me verrez plus souvent après la retraite que vous ne m’avez jamais vu auparavant.

Je n’ai jamais voulu renoncer au moindre avantage, alors je n’ai pas affiché mes séances d’entraînement, ni diffusé ma programmation, ni même fait allusion à mes faiblesses. Au lieu de cela, je les ai entraînés, sans relâche, et j’ai ainsi acquis la réputation d’être stoïque, voire arrogant selon les personnes à qui vous parlez.

Le seul moment où je suis sous les feux de la rampe, c’est quand je me présente au travail. Je suis concentré sur mon objectif. Je suis là pour réaliser la seule chose où j’ai passé des centaines, voire des milliers d’heures à faire. Cela ne m’a jamais dérangé – c’était un petit prix à payer pour être le plus grand – mais je suis heureux de vous montrer le Mat que tous mes proches ont toujours vu.

Je ne sais pas encore exactement comment je vais faire partie de cette communauté. Je n’ai pas l’intention d’ouvrir ma propre box affiliée, mais je suis sur le point de commencer la construction d’un home gym, que vous verrez sur la chaîne YouTube que Sammy et moi allons bientôt lancer. À part cela, j’ai hâte de vivre la saison en tant que fan, tout comme vous tous.

Je vous remercie donc de m’avoir donné cette opportunité, et je remercie tout particulièrement tous ceux qui m’ont aidé en tant que sponsor, partenaire d’entraînement, entraîneur ou ami. Je serai toujours impliqué dans CrossFit ®*. Mais je ne le ferai plus depuis les floors de compétition. »

Source : MorningChalkUp