Quatre modèles pour définir la forme physique

forme physique


Par Logan Gelbrich

Si vous êtes un CrossFitter qui n’a pas approfondi la philosophie sous-jacente aux workouts difficiles, je vous encourage à vous y mettre. En fait, connaître la méthodologie ne fait que rendre les résultats plus significatifs.

Le fondement théorique du CrossFit ®* repose sur un certain nombre d’idées révolutionnaires, dont l’une est la définition précise de la forme physique. Jusqu’à l’apparition de cette définition « C’est la capacité de travail sur une période de temps et certaines modalités », il n’y avait aucune définition pertinente de la forme physique dans la science du sport. Le CrossFit ®* a non seulement proposé une définition concrète, mais aussi quatre modèles spécifiques qui, combinés, déterminent la réponse à la question « Qui est réellement en forme ? »

Voici les quatre modèles :

1. 10 compétences physiques générales

10 compétences physiques générales représentant les attributs physiques de la capacité humaine ont été fixées. Ce sont l’endurance cardiovasculaire, la résistance, la souplesse, la force, la vitesse, la puissance, l’équilibre, la coordination, la précision et l’agilité. La personne qui maîtrise le mieux ces 10 compétences physiques générales sera plus en forme que la personne qui les maîtrise moins.

2. Le modèle de la trémie

Une trémie est un baril rond avec une manivelle sur le côté qui permet de la tourner, mélangeant son contenu (souvent des tickets ou des balles de loterie) pour une sélection au hasard. Le modèle stipule que l’athlète le plus en forme physiquement est celui qui réussit à réaliser une série d’exercices ou de mouvements aléatoires tirés d’une trémie.

3. Systèmes énergétiques

Ce modèle reconnaît trois systèmes énergétiques qui forment un groupe d’engrenages qui exploitent des sources d’énergie uniques. Les efforts maximaux qui ne peuvent être maintenus qu’entre zéro et 15 secondes forment le système de phosphagène. Un système anaérobie complémentaire appelé système glycolytique a des expressions légèrement moins puissantes et peut être maintenu pendant quelques minutes. Enfin, le système qui s’étend de quelques minutes à l’infini, s’appelle le système aérobie. Le modèle stipule que l’athlète le plus en forme démontrerait une meilleure compétence dans ces trois systèmes.

4. Le continuum Mal, Bien-être et Condition physique

Ce modèle indique qu’avoir mal et être en bonne forme physique sont des états opposés qui peuvent être mesurés par un certain nombre de statistiques objectives : pourcentage de graisse corporelle, cholestérol HDL / LDL, VO2 max (absorption maximale d’oxygène), etc. Plus une personne améliorera ces paramètres et plus elle sera plus proche de la forme physique que des maux. À l’inverse, lorsque quelqu’un accumule les maux, il devient objectivement moins en forme.

Ce système complexe de modèles de remise en forme qui se chevauchent fournit une vision extrêmement pertinente de qui est en forme et qui ne l’est pas.

Source : TheBoxMag.com