Les athlètes Masters doivent-ils oublier le 1RM deadlift ?

Dans le dernier épisode du podcast Behind the Whiteboard, Adrian Bozman et Pat Sherwood ont parlé deadlifts. En effet, un médecin a conseillé au commentateur, de plus de 45 ans, d’éviter les 1RM en soulevée de terre.

Ce à quoi Bozman a répondu : “Je pense que pour s’approcher de son max (RM), il y a de la place, pour les personnes de tout âge.« 

Il existe deux types de 1-rep-max, qu’il convient de différencier.

  • A): Une rep max pour laquelle vous vous êtes « entraîné » ou “préparé”. C’est un moment précieux qui n’arrive que quelques fois dans la vie d’un athlète.
  • B) : Un athlète de CrossFit ®* qui atteint son max pendant un cours. C’est complètement différent de l’option A. Ici l’accent est mis sur le fait de repousser les limites de ce dont on est capable aujourd’hui. Ce deuxième type de max est plus sain.

À lire aussi : The Shaker Show, le premier podcast court en français qui aborde tous les thèmes autour de l’entrainement. fonctionnel !

Les performances varient d’un jour à l’autre et c’est totalement normal. Différents jours avec différentes circonstances.

Le « danger » d’un 1-rep-max est relatif. Pourquoi une répétition max serait plus dangereuse qu’un maximum de 10 répétitions ou de tentatives jusqu’à l’échec ? Lorsqu’un athlète effectue une seule répétition, l’accent est davantage mis sur la technique, alors que quand il y a plusieurs répétitions, la fatigue vient détériorer la forme du mouvement et peut tout autant compromettre votre corps. C’est en tout cas ce que soutient Bozman.