Les Kettlebell Swings sont-ils meilleurs que l’haltérophilie olympique ?

Crédit : Bertrand Wendling

Les différentes variantes de l’haltérophilie olympique ont longtemps été considérées comme des exercices de pointe pour la musculation et le conditionnement physique. Mais pour la plupart des gens, la plupart du temps, un simple mouvement de kettlebell est meilleur que n’importe quelle variante de Lift olympique. Voyons ça de plus près !

Le sport se pratique avec une extension complète de la hanche

Courir, frapper, lancer ou balancer un club de golf ou une batte de baseball sont autant de mouvements sportifs qui sont rendus possibles par une extension complète et puissante de la hanche. Dans l’haltérophilie olympique, vous devez attraper et passer sous la barre. Mais les lifteurs débutants et intermédiaires n’atteignent presque jamais l’extension complète des hanches, car ils se focalisent sur le dip pour attraper la barre rapidement. Cependant, dans un mouvement de kettlebell swing, il est facile d’obtenir une extension complète, rapide et puissante, même pour les débutants.

Si vous regardez la position d’arrivée de chaque répétition faite dans la vidéo ci-dessous, vous verrez que la position du corps imite le balancement du log clean ou du stone load, où on pousse puissamment le bassin vers l’avant sous le poids qu’on lève.

Dans le Swing, vous « rattrapez » le poids avec vos ischiojambiers

L’un des plus gros risques de blessure dans le sport est de se déchirer un ischio-jambier. Des recherches récentes ont montré que le renforcement des ischiojambiers et le développement de leur endurance permettent de minimiser ce risque de blessure.

Dans la vidéo du swing ci-dessus, vous voyez que le kettlebell revient en arrière et que je le décélère en même temps, pour éviter qu’il aille trop loin alors que les ischiojambiers sont bien tendus. Cela active le tendon pendant qu’il s’étire, ce qui renforce et allonge simultanément le muscle, réduisant ainsi le risque de déchirure du tendon. C’est aussi un mouvement qui renforce le tendon interne plus que le tendon externe, ce qui pourrait également réduire le risque de sa déchirure. Aucune variante d’haltérophilie olympique ne présente cet avantage de l’étirement lesté des ischiojambiers. De ce fait, aucune variante d’haltérophilie olympique ne contribue à réduire le risque de blessure des ischiojambiers tout en augmentant leur puissance comme le kettlebell swing.

Le travail horizontal des muscles

Les swings produisent un travail musculaire horizontal évident que les lifts olympiques ne produisent pas. Dans un swing, vous poussez puissamment le kettlebell vers l’avant, loin de vous, chose que vous ne pouvez pas faire avec une barre bien lourde. Si vous le faites, vous ne pourrez jamais rattraper la barre et terminer le mouvement. Ce travail horizontal est important pour l’activité sportive, car il est identique à celui des hanches dans les sprints, la boxe, les swings, les lancers, etc. Il a d’ailleurs été prouvé qu’un entraînement contenant des mouvements de musculation horizontaux plutôt que verticaux est plus efficace pour améliorer la force et la rapidité des sprints.

L’étude en question a comparé deux mouvements, à savoir les barbell thrusters et les barbell squats, et a démontré que les thrusters sont plus efficaces. Cela suggère que la nature horizontale du mouvement et l’extension importante des hanches que les thrusters sollicitent pourraient être à l’origine de leur efficacité. Si nous appliquons ce même principe aux kettlebell swings, par opposition aux lifts olympiques, il est clair que les kettlebell swings se basent plus sur des mouvements horizontaux et une plus grande extension des hanches, ce qui suggère qu’ils auront un meilleur impact sur la rapidité et la puissance de course et les autres mouvements sportifs horizontaux qu’un power lift vertical, par exemple.

Les Kettlebells Swings sont plus faciles à apprendre

Tous ceux qui ont déjà essayé d’enseigner l’haltérophilie olympique à des novices pourront vous dire à quel point c’est difficile. Ceux d’entre nous qui ont déjà essayé ces mouvements peuvent tous témoigner de leur niveau élevé d’exigence technique. Cela peut être très amusant et gratifiant si l’haltérophilie est pratiquée en tant que sport à part entière, mais malheureusement, cette complexité diminue massivement son impact sur la force et le conditionnement physique des autres sportifs. Par contre, un kettlebell swing est assez simple et facile à apprendre à un niveau où vous êtes encore en train de développer vos compétences. Lorsqu’on les compare directement à d’autres mouvements dans une étude utilisant des participants ayant plus d’un an d’expérience en matière d’haltérophilie, les kettlebell swings donnent de meilleurs résultats par rapport aux power cleans et aux high pulls. Même si des charges beaucoup plus légères sont utilisées par le groupe d’athlètes effectuant des kettlebell swings, leurs performances en saut vertical et en power clean se sont améliorées à la fin de l’étude autant que le groupe qui a effectué uniquement des power cleans ! D’un autre côté, l’étude a ensuite comparé le groupe des barbells avec le groupe des kettlebells dans le squat et a découvert que leurs puissances sont relativement comparables même si le groupe des barbells présentait quand même plus de puissance.

Cela soulève la question suivante : si le groupe des barbells a effectué des squats avec des charges plus lourdes et est devenu plus fort, mais que le groupe des kettlebells s’est aussi amélioré au saut vertical et au power clean, malgré la légèreté des poids et le fait qu’il ne pratiquait pas de power clean, à quel point le kettlebells swing peut-il être considéré comme plus efficace pour le développement de la puissance que le power clean et le high pull ? En fait, comme le groupe des kettlebells a gagné plus de puissance avec moins de force et de poids soulevés, les kettlebell swings sont donc plus efficaces ! Je pense que les gains relativement plus importants du groupe des kettlebells en termes de puissance sont dus au fait qu’il est plus facile d’apprendre et d’enchaîner les kettlebell swings et de profiter de leurs avantages physiologiques, alors que le groupe des barbells doit vraiment passer beaucoup plus de temps à maîtriser les aspects techniques avant de pouvoir profiter des bienfaits du mouvement en lui-même. L’implication des résultats de cette étude est qu’un mouvement de musculation avec des barbells lourdes combiné à un mouvement de force avec des kettlebells pourrait être la combinaison optimale pour la force et le conditionnement physique.

Crédit : Bertrand Wendling

La réduction du risque de blessure

Si vous vous préparez ou préparez une équipe à être plus performant dans un sport, alors cela doit être votre objectif, et non les outils et méthodes que vous utilisez pour y parvenir. Personne ne se soucie de savoir si vos clean and jerks sont excellents si vous êtes un boxeur qui se fait assommer à chaque combat. Les Kettlebell Swings ne présentent pas trop de risque de blessure. Comme nous l’avons déjà dit, l’étirement lesté qu’ils créent à travers les ischiojambiers est bénéfique pour la plupart des sports et ne soumet pas les poignets à des tensions bizarres et risquées. Moins de risques que les exercices d’haltérophilie, un plus grand potentiel de réduction des blessures, et un plus grand bénéfice en moins de temps, tout cela se combine pour faire des Kettlebell Swings un super outil de musculation et de conditionnement physique.

Comment programmer des Kettlebells Swings dans les workouts

Pour intégrer les kettlebell swings dans votre entraînement, j’ai quelques options à privilégier. En fait, les exercices explosifs peuvent avoir un effet PPA, ce qui signifie qu’ils « réveillent » votre système nerveux et facilitent le recrutement des fibres musculaires. La PPA, ou Potentialisation Post-activation, fait référence à l’amélioration de la fonction musculaire résultant directement des contractions passées. Les kettlebell swings sont donc une bonne transition entre l’échauffement général et votre premier lift principal. L’important est d’adopter un volume assez bas, mais avec de l’explosivité. Faites des séries de 5 ou 6 répétitions aussi rapides et explosives que possible. Augmentez progressivement le poids jusqu’à arriver à un poids qui vous ralentit, qui ne vous donne plus l’impression d’être rapide. Arrêtez-vous alors et passez à votre premier lift de la journée. L’autre option que j’aime particulièrement est d’emporter un kettlebell avec vous à l’endroit où vous effectuez votre lift avec le bas du corps. Qu’il s’agisse de squats, de deadlifts, de thrusters ou de trap bar lifts, et dès que vous aurez terminé votre série, sans vous reposer, enchaînez avec une série de kettlebell swings. Le poids n’a pas besoin d’être très lourd. Il faut choisir le poids qui vous oblige à faire un effort pour essayer de le déplacer rapidement. Ensuite, reposez-vous normalement avant la prochaine série de swings. Il s’agit d’un entraînement contrasté.

Pour conclure, il est clair que même si le kettlebell swing n’est pas le mouvement à la mode, ça reste un mouvement simple et efficace qui peut booster votre force pour réussir à faire des mouvements puissants et plus avancés. Alors, swinguez pour exceller !

Source : BreakingMuscle.com