Logo wodnews

5 conseils pour devenir un meilleur coureur !

Par Chloé - Le 19 juillet 2023

Run Crossfit Games
Crédit : Tia-Clair Toomey

Si la course à pied pendant les wods n’est pas votre point fort, vous êtes au bon endroit. Nous vous donnons 5 conseils à prendre en compte pour vous améliorer en course à pied.

1. Il y a une « bonne » et une « mauvaise » façon de courir

Cela peut paraître évident pour certains, mais il existe une façon de courir qui est non seulement efficace, mais aussi sûre. Si vous n’avez jamais entendu parler de la « Pose Methood », consacrez un peu de votre temps à l’étude des travaux de Nicholas Romanov, médecin & entraîneur olympique. Il est l’inventeur de cette méthode de course et a décomposé la façon de courir de cette manière : “pose – fall – pull” sont les trois mots qu’il a utilisés pour décrire la course à pied de la manière la plus simple qui soit.

POSE – signifie la position dans laquelle votre corps commence.

FALL – se réfère au fait de chuter vers l’avant pour permettre à la gravité de vous donner de l’élan (sans pousser avec le pied arrière).

PULL – il s’agit de tirer le pied sous la hanche à l’aide des ischio-jambiers.

2. Une foulée plus longue ne permet pas de courir plus vite

Malgré la croyance populaire, une foulée aussi longue que possible n’est pas synonyme de vitesse accrue.

En fait, une foulée allongée vous ralentit et est la cause de douleurs au tibia et au bas du dos que vous pouvez ressentir après un jogging. Une foulée longue où le pied frappe devant le genou fait que le pied tape sur le talon. Cela peut entraîner une gêne, des douleurs et parfois des blessures graves. Pour mettre les choses en perspective, commencez à sauter de haut en bas en atterrissant doucement sur la plante de votre pied, comme si vous sautiez à la corde. Essayez ensuite de sauter en vous appuyant uniquement sur vos talons. C’est ce que vous faites lorsque vous courez de cette façon.

Si vous souffrez de douleurs au tibia lorsque vous courez, c’est surement une périostite tibiale, retrouvez ici comment la soigner.

3. Technique > Intensité > Volume

Ce concept est souvent oublié. Peu importe ce que vous faites, qu’il s’agisse de course à pied, de mouvements de gymnastique ou d’haltérophilie, l’apprentissage d’une bonne technique pour le mouvement est prioritaire par rapport à l’augmentation de l’intensité – surtout avant d’intégrer tout type de volume dans le plan d’entraînement.

4. Respirez par le diaphragme et non par la poitrine

L’une des plaintes les plus fréquentes est que les athlètes n’arrivent pas à respirer correctement pendant les wods avec du run. Le plus souvent, vous respirez par la poitrine et prenez des respirations courtes et superficielles qui font monter votre rythme cardiaque au milieu du wod.

Cela demande de l’entraînement, mais essayez de pousser votre estomac vers l’extérieur lorsque vous inspirez. En poussant votre abdomen vers l’extérieur, vous ouvrirez votre diaphragme et respirerez plus facilement. Exercez-vous avec ce wod cardio !

5. Ne pas se préparer, c’est se préparer à échouer

Faites régulièrement des exercices de course, de mobilité et des échauffements dynamiques avant le wod pour rester sur la bonne voie. Ne pensez pas que cela va arriver tout seul. Il faut travailler pour être bon dans n’importe quel domaine, alors pourquoi en serait-il autrement pour la course à pied ?

Il est évident que le fait d’avoir mis en oeuvre ces 5 conseils ne vous rendra pas automatiquement meilleur en course à pied. Pour obtenir des résultats, vous devrez travailler vos compétences et vous entraîner à la bonne technique, encore et encore. Commencez à prendre la technique de la course à pied aussi sérieusement que vous le faites pour l’haltérophilie ou encore la gymnastique et vous commencerez à voir des progrès.

Source : Boxrox

À lire aussi :  Woder pendant la grossesse est-il judicieux ?

Suivez nous :

Suivez-nous sur :

Mon panier