Logo wodnews

À partir de quand pouvez-vous faire les WODs en RX en CrossFit ®* ?

Par Arnaud - Le 28 août 2023

Quand passer en RX en crossfit ?
Crédit : Bertrand Wendling

En CrossFit ®*, l’une des façons de mesurer vos progrès est de respecter les normes établies pour chaque WODs. Alors, quand devez-vous passer au RX ?

Et quand vous respecter ces normes régulièrement, vous n’êtes plus considéré comme un débutant ou un « scaled », mais comme comme un athlète RX. Cela demande pas mal de sacrifices parfois, mais aussi de prendre soin de vous (pour cela, lisez ces 6 conseils pour prendre soin de votre corps si vous vous entraînez souvent en CrossFit ®* !) et d’avoir un mental à toute épreuve (d’où ces 3 stratégies d’endurance mentale pour les athlètes CrossFit ®*).

Qu’est-ce que le RX ?

En CrossFit ®*, le terme  » RX  » fait référence à l’exécution d’une séance d’entraînement exactement comme elle a été prescrite, sans aucune modification des mouvements ou des poids utilisés. Lorsqu’un athlète choisit de faire le RX, il choisit d’effectuer la séance d’entraînement au niveau de difficulté maximal, tel que prévu par le créateur de la séance d’entraînement.

Bien qu’il n’y ait pas de normes précises pour déterminer ce qui fait qu’un athlète est RX, il est entendu qu’il peut soulever les poids prescrits et exécuter les compétences les plus avancées à haute intensité. Devenir un athlète RX est un processus de long, car il y a beaucoup d’exercices en CrossFit ®*. Les athlètes qui ne peuvent pas effectuer le WODs comme prescrits, sont considérés comme « scaled » (on adapte l’exercice en modifiant le mouvement, l’amplitude du mouvement ou le poids utilisé).

Scaler ou pas ?

La question de savoir si un athlète est RX dépend de son niveau de forme physique et de son expérience. Si un athlète est confiant dans sa capacité à exécuter tous les mouvements prescrits avec une technique parfaite et les poids prescrits, il peut choisir de passer en RX. À l’inverse, il est préférable qu’il adapte la séance d’entraînement comme vu ci-dessus. L’objectif est toujours d’avoir une posture parfaite et une bonne technique. C’est la meilleure façon de maintenir le stimulus prévu de la séance d’entraînement et de s’assurer que les athlètes s’adaptent progressivement et ne se blessent pas.

Différents facteurs peuvent influencer la nécessité ou non d’échelonner un exercice au cours d’une séance d’entraînement :

  • Votre niveau de forme physique
  • Votre expérience (être capable d’exécuter le mouvement en toute sécurité, en tenant compte de la fatigue et de la précipitation qui se manifestent dans un contexte de haute intensité.)
  • Les poids prescrits (si les poids prescrits sont trop lourds, vous devez les réduire pour travailler à haute intensité, en sécurité)
  • Votre technique (votre technique doit être constante, même après quelques minutes d’entraînement et lorsque la fatigue s’est installée.)

Adapter un exercice n’est pas un signe de faiblesse, c’est même un signe de force et d’intelligence, car cela vous permet de progresser en toute sécurité et de manière efficace vers des mouvements plus avancés. Le fait de scaler fait de vous un athlète de CrossFit ®* plus complet. Il est important de s’efforcer de progresser plutôt que de sauter des étapes. Même si certains ont tendance à être plutôt obsédés par les chiffres et les PR, il n’est pas essentiel d’être un athlète RX pour atteindre un physique ou un niveau de forme formidable. Scaled, RX ou autre, le CrossFit ®* est un excellent moyen de se mettre en forme, de développer ses capacités athlétiques et d’améliorer sa qualité de vie.

Quand dois-je utiliser plus de poids ?

C’est très personnel. Il faut s’en tenir à un entraînement sous la supervision d’un coach, car il sera en mesure d’évaluer à quel moment vous êtes prêt à gérer des charges plus lourdes ou des compétences plus avancées lors des séances d’entraînement. À titre indicatif, une fois que vous êtes capable d’effectuer 8 à 10 répétitions sans interruption tout en conservant une bonne mécanique, vous pouvez progressivement commencer à utiliser des poids plus importants pour réaliser l’exercice. Cela ne signifie pas qu’une fois que vous pouvez faire 10 power snatches unbroken à 30 kilos, vous ne devez plus utiliser que 40 kilos à partir de ce moment. Essayez d’utiliser 35 ou 40 kilos plus souvent, mais tenez-vous en à 30 kilos lorsque l’objectif est d’être à l’aise dans les arrachés. N’oubliez pas qu’en fin de compte, l’objectif est de pratiquer ces mouvements et d’accumuler du volume afin de devenir compétent ou de s’habituer à les gérer. Même si vous vous sentez en confiance avec un certain poids lorsque vous l’essayez avant le WOD, n’oubliez pas qu’au « 3,2,1, go ! » tout change. À mesure que l’intensité augmente, la forme et l’intégrité disparaissent souvent, alors assurez-vous de bien tester vos poids avant de commencer le WOD.

Conclusion

Bien que le fait d’être un athlète RX ne signifie pas nécessairement que vous irez aux Games (bien que ce soit une condition préalable assez évidente), c’est un mérite pour votre constance, votre travail acharné et votre niveau de forme physique. Être RX est un accomplissement solide que chaque athlète peut s’efforcer d’atteindre. Cela dit, c’est un mérite qui s’acquiert progressivement et au fur et à mesure que vous travaillez à l’amélioration de vos compétences dans chaque modalité. Gardez la destination à l’esprit, mais continuez à vous concentrer sur le plaisir du voyage !

Elie Margerin contre Guillaume Magnouat en CrossFit - WodMoov

Source : theprogrm

À lire aussi :  La magnésie liquide KWAKZALVER prend soin de vous et de vos équipements

Suivez nous :

Suivez-nous sur :

Mon panier