Ne laissez pas tomber ! S’entraîner malgré les blessures

Comment s'entraîner malgré les blessures ?

Dans tout sport, les blessures et les douleurs sont inévitables, qu’il s’agisse de douleurs chroniques mineures, de tendinites ou de blessures aiguës plus graves nécessitant une intervention chirurgicale. Tout aussi inévitable est l’énorme éventail de réactions que peuvent avoir les différents athlètes face à ces problèmes. Certains ne pourront pas se décoller de leur barre malgré une blessure invalidante, tandis que d’autres, avec une petite égratignure, refuseront l’entraînement et préféreront le repos.

En fin de compte, chacun d’entre nous décide de ce qu’il veut vraiment et de l’importance qu’il accorde à ses objectifs, et cela détermine aussi notre réaction aux blessures en haltérophilie. Les athlètes dévoués qui ont une véritable motivation pour exceller trouveront toujours un moyen de continuer à s’entraîner et de faire des progrès, tandis que les athlètes dont les motivations ne sont pas claires ou sont faibles profiteront de n’importe quelle blessure pour arrêter. Aucune de ces situations n’est bonne ou mauvaise – la seule qui inspire du dégoût est celle où le comportement d’un athlète contredit son prétendu dévouement.

Pour ceux qui refusent d’arrêter, il va falloir travailler un peu. S’entraîner en dépit des blessures nécessite certaines compétences :

  1. Créativité
  2. Adaptabilité
  3. Motivation

Il n’y a pratiquement aucune blessure qui vous empêchera de vous entraîner. Ce qui vous empêche réellement de le faire est la perte de votre motivation, la réticence à être flexible et à vous adapter, et ces deux éléments tuent la créativité et l’ingéniosité.

En fait, trop de gens choisissent d’abandonner leur programme d’entraînement habituel lorsqu’ils se blessent, car il ne peut plus être exactement comme ils le veulent et ne répond plus à leurs besoins d’avant la blessure.

Pardonnez ma franchise, mais quelle attitude stupide et faible !

Il y a une infinité de façons de contourner une blessure sans pour autant paralyser tout le corps. Il y a des hommes et des femmes sans bras ni jambes qui escaladent des montagnes, et vous allez abandonner et aller vous morfondre sur le canapé pendant trois mois parce que vous vous êtes foulé le poignet ?

Il suffit juste d’éliminer ce qui pourrait aggraver votre blessure ou créer un trop grand risque de rechute. Cela devrait être assez évident dans la plupart des cas, mais dans d’autres, vous aurez peut-être besoin d’expérimenter quelques options avant de trouver celle qui vous convient le mieux. Soyez prudent et testez toute nouveauté avec beaucoup de précautions : même si vous ne ressentez aucune douleur sur le coup, laissez passer un jour ou deux après le premier essai pour être sûr que cela ne provoque pas de réaction retardée.

À lire aussi : 3 blessures courantes en CrossFit ®* … et comment les soigner !

Tant que vous avez plus de temps et de ressources, faites un inventaire de vos faiblesses actuelles et profitez-en pour vous concentrer autant que possible sur leur amélioration. Nous n’avons pas tous fait tous les exercices accessoires et les exercices de préparation dont nous aurions vraiment besoin, parfois parce que nous n’avons pas vraiment le temps ou l’énergie, et parfois parce que nous sommes simplement paresseux. C’est aussi l’occasion idéale pour s’y mettre.

Dans la mesure du possible, trouvez des substituts aux exercices qui ne peuvent pas être effectués, afin d’obtenir des effets aussi similaires que possible aux originaux. Il peut s’agir simplement de modifier l’exercice lui-même, ou de trouver des exercices complètement différents qui ciblent les mêmes articulations et muscles. Concentrez-vous sur le but et l’effet souhaité plutôt que le mouvement en lui-même. Si votre dos vous fait mal, vous pouvez toujours faire certains exercices avec une seule jambe, comme les step-ups ou les squats fractionnés. Si vous vous êtes blessé au poignet, vous pouvez toujours squatter et éventuellement même tirer – et oui, vous pouvez probablement faire un front squat soit en utilisant une position de rack sans les mains, soit un rack de type bodybuilder, soit en tenant la barre avec des sangles qui immobilisent l’articulation blessée. Soyez créatif !

Sinon, optez pour tout ce qui vous permettra de rester actif et d’aller à la box. La plus grande erreur que vous puissiez commettre est de vous tenir à l’écart de l’entraînement et de votre environnement habituel – c’est la meilleure façon de tuer votre enthousiasme. Si tout ce que vous pouvez faire, c’est pédaler sur un vélo, alors devenez un champion du vélo pendant votre convalescence. Si vous avez décidé que vous ne pouvez rien faire, c’est votre cerveau qui pose problème, pas votre blessure.

Recentrez-vous, réfléchissez et comprenez votre véritable motivation pour l’entraînement – cette motivation qui ne change pas même lorsque vous êtes blessé. Vous la perdrez peut-être de vue à cause de la frustration, de la diminution de l’engagement, des progrès qui deviennent moins visibles et de la perte d’enthousiasme qui en résulte. Mais, soit vous voulez continuer, soit vous ne le voulez pas ! Déterminez à quel point vous voulez continuer à travailler et prouvez-le en passant à l’action.

Évitez donc de vous morfondre sur votre sort, laissez tomber le rôle de la victime et cherchez activement des solutions à vos nouveaux problèmes !

Source : CatalystAthletics.com