Pourquoi faisons-nous des grimaces quand nous soulevons du poids ?

Crédit : Stéphanie Madaule

C’est tellement amusant de soulever du poids ! Vous êtes en train de vous battre avec votre barre d’haltéro, concentré sur l’exécution de votre mouvement en toute sécurité et avec une technique parfaite. Vous prenez une profonde inspiration, vous vous placez devant votre barre avec une posture dans les règles de l’art, vous commencez à tirer fort et vous réalisez un deadlift presque parfait ! Ouf, c’était lourd ! Vous êtes super excité et fier de votre résultat. Vous allez vérifier la vidéo pour revoir votre prestation, tout semble en place, votre coach est trop fier de vous ! Mais attendez une minute, quelle est cette grimace que vous faites ? Est-ce involontaire ? Êtes-vous réellement aussi mal à l’aise ? Vos grimaces seraient-elles un message que votre corps vous envoie ?

Essayons de décrypter tout ça !

Les grimaces en haltérophilie, est-ce normal ?

Le fait que notre visage change et se crispe lorsque nous soulevons des poids lourds ou que nous effectuons une quelconque tension musculaire, comme dévisser le couvercle d’un bocal, est tout à fait normal. L’explication la plus simple est que, pendant les tâches de force et de puissance, il est courant que les athlètes serrent la mâchoire, développent une tension musculaire dans le visage et le cou, et activent les muscles centraux. Apparemment, toute cette dynamique a un énorme potentiel athlétique pour améliorer la force et la puissance des mouvements. N’est-ce pas génial ? C’est peut-être vrai en fin de compte: la force est en nous !

Comment ça marche ?

  • Il existe une connexion étroite entre les fonctions de la main et de la bouche.

Les neurones de votre cortex moteur sont regroupés par partie du corps. Les parties dont l’amplitude de mouvement est complexe, comme la main, occupent plus d’espace. Les parties dont l’amplitude de mouvement est limitée, comme la hanche, occupent moins d’espace.

Les mains, la langue et les traits du visage sont extrêmement importants et occupent donc beaucoup d’espace dans le cerveau. Ensemble, toutes ces parties forment une carte complète et représentative du corps humain, appelée « homoncule moteur ». Cet homoncule moteur est, en termes simples, la façon dont votre cerveau voit votre corps de l’intérieur. Comme vous pouvez le voir sur le schéma ci-dessous, il est configuré comme la zone du membre inférieur, de la main, des doigts, du visage, des lèvres et de la langue, dans cet ordre. Tous les neurones de la main réunis, puis tous les neurones du visage, puis les neurones de la langue et ainsi de suite.

De nombreuses études ont montré une forte relation entre les muscles de la main et de la bouche. Mais celle-ci en particulier montre comment la précision et la puissance de la prise sont systématiquement liées aux processus moteurs impliqués dans la réalisation de gestes articulatoires.

crédit : GIZMODO
  • Il existe une relation étroite entre la mâchoire et la force

Pour comprendre cela, jetons un coup d’œil à MORA (Mandibular orthopedic repositioning appliances). Il s’agit d’un dispositif buccal que vous avez probablement déjà vu chez les haltérophiles professionnels. L’objectif de l’utilisation de cet appareil est de positionner la mâchoire inférieure vers le bas et l’avant afin d’augmenter la force et les performances athlétiques. La raison pour laquelle il est si important de maintenir une position adéquate de la mâchoire pendant le lift est qu’il existe une relation entre la malocclusion faciale (dents mal alignées) et la fonction de la main. Cette étude a testé la relation entre le groupe main-bouche et la force des muscles de l’avant-bras lors de l’exécution de la prise en crochet (hook grip) et de la prise en pince (pinch grip). Les résultats sont révélateurs. Que l’on porte le MORA ou non, l’activité musculaire et la puissance de préhension de l’avant-bras et du muscle masséter (les muscles de la mâchoire) ont augmenté de manière significative. Évidemment, les résultats étaient meilleurs lorsque les athlètes de l’étude portaient le MORA. La conclusion était que le MORA pourrait aider à améliorer la fonction de l’avant-bras, car il active la fonction de la mâchoire. Cette autre étude a montré que le fait de serrer la mâchoire augmentait la force de préhension de près de 16%, donc « le fait de serrer la mâchoire entraînait une amélioration significative de la force ».

En bref, il existe un énorme potentiel de gain en force au niveau de vos membres supérieurs lorsque vous faites des grimaces qui impliquent surtout les muscles de votre mâchoire. N’est-ce pas une excellente nouvelle ? 

  • Les effets de la « Potentialisation de l’activation simultanée » (PAS)

Ce terme s’explique lorsque la réalisation d’une activité entraîne un effet de potentialisation sur la réalisation de l’activité suivante. Par exemple, on fait des squats (un exercice de résistance) avant d’effectuer un jump squat explosif.

Le PAS est l’augmentation de la performance par l’activation simultanée de muscles principalement impliqués et non impliqués dans une activité. En d’autres termes, lorsque la zone du cortex moteur qui contrôle la musculature de la mâchoire est activée, cette activité peut amorcer ou renforcer l’activation d’autres zones corticales motrices, comme celles qui contrôlent les bras et les mains, lorsque les deux zones sont activées simultanément. Plusieurs études montrent que le fait de serrer la mâchoire est l’exemple le plus concret de la PAS.

Toutes ces informations sont très révélatrices. Désormais, on apprécie les grimaces naturelles et très drôles. Elles sont le visage de la force interne et des connexions intelligentes que le cerveau exécute pour que pouvoir gagner en force et en puissance dans les lifts. Mais attendez, et si soulever des poids pouvait aussi aider à prévenir et à réparer les dommages causés par le vieillissement sur la peau, ce qui vous donnerait un visage tout jeune ? C’est génial non ?!

Jackie Warner, une coach de fitness, a écrit dans son livre que « des recherches récentes ont montré que faire de la musculation augmente la production de collagène et stimule la production d’hormone de croissance, ce qui peut réparer les connexions entre votre peau et vos muscles et lui donner un aspect plus lisse et tonique. » Sur ce même sujet, le dermatologue David Bank a déclaré qu’en augmentant votre rythme cardiovasculaire et votre flux sanguin, les exercices d’haltérophilie apportent plus de nutriments, comme les vitamines et l’oxygène, aux cellules de la peau de tout votre visage et votre corps. Cette augmentation favorise leur reproduction et permet aux mécanismes de régénération de réparer les dommages causés par le temps. De plus, ces nutriments nourrissent les cellules fibroblastes de la peau qui produisent le collagène, afin qu’elles puissent fabriquer davantage de ce nutriment antirides. Le Dr Banks ajoute que « le fait de subir une intervention chirurgicale n’améliore pas la santé de votre peau comme le fait l’exercice physique, car cela ne stimule pas le collagène, n’améliore pas le flux sanguin et ne stimule pas l’hormone de croissance ».

Selon cet article du New York Times, de nouvelles recherches ont montré que l’exercice permet non seulement d’avoir une peau plus jeune, mais qu’il peut même inverser le vieillissement cutané chez les personnes qui commencent à faire de l’exercice tard dans la vie. De plus, les chercheurs de l’université McMaster ont découvert dans une étude que les participants âgés de plus de 40 ans et de 65 ans, qui pratiquaient une activité physique au moins trois heures par semaine, avaient une peau semblable à celle d’une personne âgée de 20 ou 30 ans.

C’est une bonne motivation pour continuer à soulever des poids et à faire des grimaces amusantes !

CONCLUSION

Lorsque nous soulevons des poids lourds, nous passons naturellement par un processus de préparation mentale et physique pour réussir l’exercice. Nous utilisons des stratégies involontaires contrôlées par notre cerveau et conçues pour améliorer les performances physiques. Ces stratégies peuvent être traduites par « faire des grimaces ». Ces grimaces bizarres prennent naissance au niveau de la mâchoire, c’est pourquoi tout votre visage a l’air un peu fou. Notre force augmente lorsque nous activons les muscles du visage. Et ce n’est pas une nouveauté ! Cette relation significative entre la mâchoire et l’activation des muscles a été prouvée depuis des centaines d’années. Par exemple, on raconte que les soldats romains plaçaient des lanières de cuir entre leurs dents pour améliorer leurs performances au combat, que les femmes amérindiennes mordaient des bâtons pendant l’accouchement pour faciliter la délivrance et que les soldats de la guerre civile américaine recevaient des balles à mordre pendant les opérations sur le champ de bataille pour aider à gérer la douleur.

Il ne vous reste plus qu’à vous réjouir de toutes les grimaces que vous ferez pendant vos lifts. C’est votre visage naturel de guerrier. Laissez la tension musculaire naître naturellement grâce à la crispation des mâchoires, des poings ou d’autres parties de votre corps. Cela ne fera qu’améliorer vos performances, mais vous ne devez pas vous forcer. Sécurisez vos mouvements, faites des grimaces et amusez-vous bien !

Source : Thebarbellbeauties.com