Cette astuce de grip pour la kettlebell optimisera vos performances !

kettlebell grip crossfit

Travailler le grip de la kettlebell de la bonne manière aura un impact important sur les performances et la longévité de tout athlète.

Le hashtag #Kettlebell a accumulé plus de trois millions de posts sur Instagram. Sur les réseaux sociaux, on voit passer beaucoup de vidéos avec des personnes qui font de la kettlebell en wing ou autre. Et vous, vous avez probablement déjà rencontré un problème courant et inattendu : celui de votre grip… cet article est fait pour vous !

En effet, les kettlebells ne sont pas l’équipement le plus facile à saisir, et la nature balistique de nombreux mouvements de kettlebells les rend encore plus difficiles à tenir en main. Qui plus est, votre capacité à saisir, et à agripper fermement les objets, renforce votre technique de levage et rend vos mouvements plus puissants. Et tout commence avec votre fascia musculaire.

L’importance de la prise en main

Les lignes fasciales du corps sont nombreuses et variées. Cet article n’a pas pour but d’être une introduction aux fascias mais de mieux les comprendre pour améliorer votre entraînement. Les lignes du bras sont particulièrement pertinentes pour nos besoins en matière de grip. Ces lignes musculaires sont au nombre de quatre et jouent toutes un rôle dans le grip et son effet sur l’amélioration de nos performances.

Voici une expérience qui utilise les principes d’irradiation de la tension musculaire pour démontrer à quel point le grip est vital :

  1. Laissez vos bras pendre librement le long de votre corps et remarquez où se trouve la tension. Maintenant, serrez le poing. Remarquez que ce ne sont pas seulement les muscles de la main qui se contractent, mais que la tension remonte le long de vos avant-bras.
  2. Maintenant, serrez encore plus fort. Remarquez que les abdominaux s’engagent aussi. Observez comment la tension n’est plus seulement dans vos épaules mais aussi dans les muscles autour de vos épaules. La façon dont vous serrez votre main a le potentiel d’activer tous les muscles de votre corps.

Tentons à nouveau cette expérience, cette fois pour démontrer l’importance des lignes des bras :

  1. Serrez vos poings aussi fort que vous le pouvez, mais concentrez-vous sur le fait de serrer surtout le pouce et l’index. Vous devriez sentir les pectoraux et les deltoïdes s’engager avec force.
  2. Maintenant, concentrez-vous sur la saisie la plus forte avec l’auriculaire et l’annulaire. Cette fois, vous devriez sentir les muscles du dos – les lats, les rhomboïdes et les muscles de la coiffe des rotateurs – s’engager.

À lire aussi : Essayez ce complex « Ground-To-Overhead » à la kettlebell !

Appliquer ces connaissances aux différents exercices que vous effectuez relève du bon sens, mais peu de gens le font. La conclusion à tirer de ces expériences est que si le corps est prêt à pousser (grâce à l’engagement des pectoraux et des deltoïdes), votre grip doit impliquer tous les doigts, mais surtout l’index. L’inverse s’applique aux mouvements de traction, où vous devez vous assurer que l’auriculaire et l’annulaire sont en contact direct avec la barre ou la kettlebell.

Position des mains pour un grip plus intelligent

La position la plus courante de la main lors de l’utilisation des kettlebells est une prise qui fait glisser le poignet dans le coin de la cloche où la poignée et le corps de la cloche se rencontrent. Cela permet à la poignée du kettlebell de traverser la main de l’athlète en diagonale et de minimiser la gêne à l’arrière du poignet.

Ensuite, la plupart des gens contactent leur index et leur pouce autour de la poignée. Vous pouvez croire à tort que cette prise est acceptable. Mais ce n’est pas le cas. En fait, cette prise diminue les performances et augmente le risque de blessure.

Voici pourquoi : pendant le press, vous devez vous préoccuper non seulement de la flexion de l’épaule mais aussi de sa stabilité. Si le petit doigt n’agrippe pas la cloche, la coiffe des rotateurs ne sera pas complètement engagée. Et lorsqu’il s’agit de balancer ou de lever un objet lourd au-dessus de votre tête, vous devez absolument vous assurer que toute la musculature de votre épaule soit engagée.

Une meilleure façon de saisir un kettlebell pour le lever (ou pour des get-ups or snatchs) est de placer la poignée de l’objet directement en travers de la main, dans l’axe des callosités. Cette prise permet à la fois d’utiliser les muscles moteurs et d’optimiser le fonctionnement des stabilisateurs.

Une prise en main plus forte pour un meilleur mouvement

Si nous extrapolons cela à d’autres exercices de kettlebell, comme les squats ou les swings, nous pouvons voir que ces lignes fasciales relient les doigts aux muscles autour de l’épaule et stimulent également certains muscles des deux côtés du tronc. Les lignes fonctionnelles avant et arrière créent deux grands X, un à l’avant du corps et un à l’arrière.

L’adoption de la bonne prise permet d’activer les muscles de contrôle postural et d’améliorer tous les mouvements de press les plus importants. Pour les squats avec kettlebell, la prise plate est une fois de plus la meilleure option (par opposition à la prise diagonale), car elle active les muscles de soutien les plus importants.

Une fois que vous vous serez habitué à cette prise, vous constaterez que vos performances s’amélioreront et que le risque de blessure diminuera. Le fait de changer le placement de vos mains peut faire une différence considérable en termes de charge pouvant être soulevée, mais cela ne devrait pas vraiment être un problème, sauf si vous êtes un powerlifter. Entraînez-vous encore et encore et concentrez-vous sur la capacité de votre corps à bouger et à fonctionner comme une seule et même unité parfaitement coordonnée.

Source : Breakingmuscle.com

Suivez nous :

Suivez-nous sur :

Mon panier